Qui est Louise ? Qui est Michel ? Qu'est ce que je fous là ?

Publié le par yoye2000

"Louise Michel", comme tout le monde le sait, est tiré du même tonneau que Groland (on parle là bien sûr du film, et non de l'homonyme communarde).
On y retrouve la même verve, le même esprit balle dum-dum, sans pitié, méchant, droit au but, dégueulasse et, au final, logiquement terriblement efficace.

Sauf que ça ne dure pas cinq minutes, mais une heure trente. Or, le problème, c'est que c'est effectivement fait avec à peu près le même nombre d'idées.
On a donc une dose d'humour noir pour beaucoup trop de fois son volume de vide.

http://www.lesfilms.org/wp-content/uploads/2009/01/aff_louisemichel.jpgDu coup, ben, le propos à beau être sympathique... On s'emmerde.
Pour meubler, il y a bien quelques références cinéma (sans être spécialiste de leur oeuvre, il m'a semblé dans quelques gags reconnaître l'influence des irremplaçables  Charlots), deux-trois petits trucs vaguement choquants pour réveiller (hum!.. du lapin tartare) et une réflexion sur l'identité sexuelle postmontypitonesque un chouia laborieuse... ça ne sauve pas le film, malgré les acteurs ad hoc...(1)

Finalement, Louise Michel est un film parmi d'autres dans le peloton des films à humour "trash".
Et, dans la catégorie, ça ne pardonne pas...

(1) Yolande Moreau, pas vraiment surprenante dans le registre dechienneque du débile léger,  'plus pertinente, si on me demande mon avis dans "Quand la mer monte") et Bouli Lanners, dont l'El dorado demeure l'un des plus chouettes films de l'année dernière.

Commenter cet article

simon 20/12/2009 12:14


Pas trop d'accord avec toi !
Pour une fois qu'on a un film politique différent. Ca change du genre documentaire à la Mickael Moore et de la misère sociale à la Ken Loach...
Humour trash ? tu ne trouves pas que ça fait un peu argument de Claire Chazal ? Et pourquoi pas ultragauche pendant que tu y es...
Bises


yoye2000 20/12/2009 21:41


Claire chazal toi même, lecteur !
Film politique, il ne faut peut être pas déconner. Le patron est un salaud et il faut le pendre par les couilles, c'est pas suffisant pour constituer un film politique. Ca l'est par contre pour un
positionnement marketing à la Canal+. Le problème c'est peut être justement que film n'assume pas sa dimension politique et part dans la grosse fable  qui fait marrer dans les cours de recré
avec quelques répliques à vocation culte et des petits machins un peu régressifs histoire d'être en accord avec le positionnement.
Ce qui cloche, ce n'est pas le trash,  c'est juste que c'est très consensuel et plutot dans l'hypocrisie .  Si on compare avec un truc comme Borat, (qui ne recule devant rien, surtout pas
devant le risque d'être lourdingue et raté) ben... Louise Michel est plutôt insipide. Ce qui fonctionne parfaitement dans Groland tombe à plat sur la longueur comme un soufflet au fromage.
On est pas dans l'humour trash, mais dans l'humour tache. Et on s'emmerde sévèrement.