Mauvaise réputation

Publié le par yoye2000

Brassens' not dead

 

C'est ce que je me suis dit en écoutant le concert de réactions ulcérées déclenché par la suggestion de Joly concernant nos bidasseries annuelles.

Que Fillon, lassé de paraître bon gars, joue ce coup-ci le bad cop en y allant de son petit couplet poujadiste, bon pourquoi pas... il faut bien qu'il se détende le pauvre garçon, d'autant plus qu'il en a profité pour faire au pruneau norvégien une fantastique leçon sur les vraies valeurs de la République: conservatisme, hypocrisie et mesquinerie.

Mais c'est à gauche, au fond, qu'ils sont le plus risibles, tous montés sur leurs grands chevaux pour défendre ce fantastique gaspillage de pognon. La palme du pompeux ira à Mélanchon, pour qui 'le défilé militaire rappelle à toute puissance étrangère ce qu'il lui en coûterait de s'en prendre à la France et à sa République' (qu'importe qu'au cours de la dernière centaine d'année, notre glorieuse armée s'est surtout illustrée au cours de guerres coloniales, ou même que, toute impressionante qu'elle soit, notre martiale fête nationale n'ait jamais convaincu nos voisins teutons de ne pas entrer sans y être invités ) (1).

 

La première lettre du nom de notre beau pays est décidément de plus en plus superflue...(2)

 

Ceci dit, si on me demande, au cas où la merveilleuse idée des journées de solidarité est reprise une deuxième fois dans l'année (il parait que c'est d'actualité) moi, personnellement, je saurais quel jour choisir (mais, une fois de plus, je doute qu'on me demande mon avis...)

 

(1). Pour être honnête, il infléchit ensuite son propos sans pour autant se dépêtrer du ridicule global de son idée: "un défilé citoyen, à la suite du défilé militaire, serait une belle démonstration pour dire à l'oligarchie et à la finance internationale que la première force de dissuasion de la France, c'est son peuple".

(2). Et pendant que j'y suis, qu'on arrête de nous apitoyer sur les 70 soldats qui y sont restés en Afghanistan, en rappelant que

        1. C'est un peu les riques du métier,

        2. que 70 morts, c'est plus ou moins le cinquième des morts dans la rue chaque année...

 

Bon, ayén je suis calmé. Rompez!

 

un petit coup de Georges avant d'y aller...



 

Commenter cet article