Et 1..., 2...., 3..., 4...!

Publié le par yoye2000

http://images.allocine.fr/r_160_214/b_1_cfd7e1/medias/nmedia/18/77/71/05/19463867.jpgOn trouve, dans "Tamara Drewe", des personnages subtilement caricaturaux, des quiproquos, une grosse louche de cruauté, des hasards malheureux, des bons mots, des rebondissements, du thé et des scones, une profondeur qui affleure à chaque scène, une Austin mini, et un vague happy end...
Bref, à l'image de l'anglais qu'on y parle, tout y est délicieusement so british.
 
C'est bien simple, il ne manque plus que Hugh Grant.

 

Pourquoi alors ce sentiment d'ennui qui sourd timidement d'abord, plus franchement ensuite, une fois passées les premières minutes?
 
Expliquer le phénomène réclamerait probablement la mobilisation d'une série d'arguments imparables dûment exposés dans une subtile analyse.

N'en étant nullement capable, je me contenterai ici de pointer un manque de rythme.
Sans avoir lu la BD-Roman éponyme, certaines scènes donnent l'impression d'être directement transposées sur pellicule. Sauf que le support est différent ; le tempo devrait donc logiquement un peu plus... vigoureux, ce qui n’est pas le cas.
On voit bien l'idée : justement ne pas faire une comédie romantique à l'anglaise, éviter la superficialité, pour laisser se dessiner des motifs plus graves derrière la frivolité apparente. Malheureusement, on se perd dans la proposition de départ et on ne mord pas....Reste alors une impression de passivité et le sentiment que le film passe un peu à côté de lui-même en cherchant  à temporiser.
 
Etrange, tout ça, pour un film dont l'un des protagonistes est justement batteur...  
 
Un peu comme euh.. Motorhead joué à la harpe ; ça peut être plaisant un temps, mais pas beaucoup plus



Tiens, puisqu'on en parle (enfin, pas de la harpe)...



En même temps, il ne faut pas être de mauvaise foi : on peut faire de très bonnes versions alternatives...

enfin bon... "très bonnes"... Je m'emballe peut être un peu

Commenter cet article