Lettre ouverte à mon nouvel ami Raymond

Publié le par yoye2000

 

          Raymond,

 

          Le fait foutebalistique suscite chez moi autant d'intérêt que le championnat régional de sculpture de Notre-Dame en saindoux.
Ce  préambule afin que tu saches bien qu’a priori je me soucie autant de ton sort que celui de mon premier caca.

          Or, il se trouve, Raymond, qu'on me rebat les oreilles depuis deux jours avec ton licenciement.  Fautes graves, voila qui est particulièrement sévère.
A la mesure de ta prétendue nullité, disent certains. Encore que, sans être versé dans le droit du travail, je doute que ce motif  puisse à lui seul justifier une telle sanction, à moins de souhaiter créer une jurisprudence aussi inédite que potentiellement riche de développements de portée considérable.

          Plus qu’une sanction, le recommandé que tu es allé chercher lundi à la Poste juste avant de regarder 'Motus' est devenu un véritable feuilleton avec son suspense. N’entend-on pas, à la radio, après avoir été voué aux gémonies avec gourmandise, les voix d’inspecteurs du travail expliquant doctement que ton cas est pourtant parfaitement défendable aux prudhommes. Vas-tu partir certes sous l’opprobre générale, mais les poches pleines ? L'opinion publique s'agite et se convulse autour de ces questions. L’indicible serait-il possible ?

          Bref, Raymond, tu es haï.

 

          Reçois donc mon soutien.
Non que j'éprouve quelconque sympathie pour toi. Le peu que j'ai pu comprendre de ton comportement est tout à fait détestable, ceci constituant probablement pour toi une profonde source d’espérance, puisque ton évidente absence de sens éthique pourrait aisément trouver d'heureuses applications à des postes tels que ministre du budget ou de trésorier de parti politique.
Non pas non plus en témoignage de la gratitude dans laquelle je te tiens pour avoir conduit l’équipe de France au fiasco. Je reconnais certes m’être réjoui qu’on nous lâche la grappe prématurément avec la baballe. Il n’en demeure pas moins que je m’en cogne violemment.

          Non.
Je te soutiens, Raymond, car tu as réussi à être l’homme le plus détesté de France.

          Il y a encore des pétainistes, il n’y a pas de Domenechistes.

          Une telle unanimité est exceptionnelle.

          Et ça, Monsieur, c'est admirable.

Un besito,

 

Ton ami pour la vie,

Yoye2000

 

Ps à l’heure où je t’ecris notre équipe joue encore. Croisons les doigts.
Mais dans quel sens…?

Commenter cet article

arno 09/09/2010 09:32


Et François-Marie Banier ? Il mérite pas ton soutien ?


yoye2000 09/09/2010 18:31



Alors c'est ça la charité et la grandeur d'âme?: On donne 'ça' et on te demande 'ça'.


Et ben, j'aime autant dire qu'on est pas prêt de m'y reprendre !