La parabole de la binouze

Publié le par yoye2000

Ami marqueteur,


Le soir, quand tu as bien travaillé, tu rentres exténué dans ton loft, fatigué mais fort de la satisfaction du devoir accompli. Comme tout un chacun, tu te diriges vers ton frigo et saisis la binouze réconfortante du guerrier encravaté. Tu as très soif. Comme tu as tout de même un certain niveau d’éducation, tu te retiens de boire directement au goulot. Tu prends un verre, verse précipitamment le liquide ambré. Le niveau monte vite, la bière coule sur la table. Ton verre est rempli de mousse qui déborde. Tu t'en apercevras plus tard, tu t'y es pris comme un manche : très peu va rester de cette belle mousse.
Cette parabole de la binouze est intéressante, et brillamment illustré par le Nouveau Parti Anticapitaliste qu'on ne trouve Nul Part Ailleurs.
Ca ne t'as pas échappé, lecteur, le NPA présente je ne sais où, et on s'en fout bien, car là n'est pas l'essentiel, une femme voilée aux prochaines élections. Ce qui, chez laïcards à slip rouge, est un chouia oximorique, il faut bien le reconnaitre.
Parce qu’on a là un cas intéressant, où, pour paraphraser un président de la république lui-même sacrément connaisseur en matière d’écume, trop de marquetine tue le marquetine.

Si par exemple, ami marqueteur, tu mets sur le marché du tofou farci aux lardons ou des frites vapeur, il y a de fortes chances que tu te vautres. Certes, c’est original, certes, c’est nouveau, certes, tu as là un puissant moyen de différentiation avec ses concurrents…..
Mais finalement, as-tu vraiment bien réfléchi ?
A trop vouloir innover dans des domaines où l’on a une légitimité réduite, on prend le risque de désorienter ses clients captifs sans pour autant convaincre les autres (à défaut, on peut les faire rigoler) : le consommateur de tofou, végétarien, se détournerait de ton tofou carné. Les autres savent bien que c’est dégueulasse et n’auraient quoiqu’il arrive toujours aucune raison d’acheter du tofou.
Moralité un énorme bide en perspective.

Enorme comme un bide de buveur de bière professionnel.
D’ailleurs puisqu’on en parle, et vu que c’est le titre de la chronique, la bière : dans le cas du NPA, on a certes fait beaucoup de bruit, on en parle, mais ceci éclipse totalement tout le reste, et au final, il ne va pas en rester grand-chose, si ce n’est le souvenir d’un joli verre de mousse.

Rappelle-toi, car telles sont les conclusions de la parabole :
1.    le marquetine est une arme puissante qu’il faut savoir manier pour l’utiliser sans danger
2.    On ne verse pas sa binouze comme un sagouin.
http://www.saveur-biere.com/blog/index.php?apprendre-a-verser-la-biere

Commenter cet article

Sergio 20/02/2010 12:51


Salut Yohan, je suis tombé sur ton blog en visitant les photos de chamou. J'aime bien ta chronique sur gainsbourg et la parabole de la bière.
A plus


Nantes 12/02/2010 10:40


Pour les nantais un nouveau site d'infos :
www.nantes-information.fr


Antoine G. 08/02/2010 10:51


Excellent blog