Otar est parti....

Publié le par yoye2000

"depuis qu'Otar est parti", film georgeo-français de Julie Bertucelli (2002)

...et il  n’est pas prêt de revenir.
Parce qu'il est mort.
Tombé d’un échafaudage
A Paris, où, lui, le médecin brillant, l'humaniste, survivait illégal en travaillant au noir dans les chantiers.
C’est ce qu’apprennent sa sœur et sa nièce restées au pays. Elles choisissent de, ou plutôt se laisser aller à, dissimuler cette mrot à la grand mère qui idéalise ce fils lointain.

Voila l'argument du film. Portrait de femmes, comme on dit (je ne crois pas qu'on dise portrait d'hommes, mais bon), 3 générations sous le même toit, et surtout trois générations face à l'extérieur. Parce que ça n'est du tout un huis clos. Le triangle est dessiné sur une toile de fond qui constitue un personnage à part entière : Tbilissi, la capitale géorgienne. Foutraque, chaleureuse, orientale, la ville apporte un goût particulier à un récit qui aurait sûrement été un peu court sans elle. La réalité  n'est pas facile, (exploitation, envie de départ, perte de repère, déclassement, et toutes ces frustrations collectives dessinées au fil du récit à petites touches (à vrai dire, parfois aussi à grosse touches un peu trop didactiques, mais bon..)) mais tout semble couler sous l’apparente douceur du soleil géorgien.

Mais la vraie force du film, qui se révèle à la fin, est qu’il s’appuie l’air de rien sur un véritable scénario. Quel que soit leur contexte, les « tranches de vies » comme celles-ci se terminent généralement un peu en queue de poisson, en ouvrant de manière très large sur l'avenir, moins peut être par manque d’inspiration que par souci de réalisme : c’est que la vie, normalement, n'est pas très explicite quant à ces décisions futures… D'un point de vue du spectateur, ces non-fins, ces absences de parti-pris sont un peu frustrantes, et desservent souvent un peu le propos. Or là, Julie Bertuccelliparvient à conclure « clairement » tout en relançant vers autre chose. Et ça, ça fait un "vrai" bon film.

http://cinema.fluctuat.net/films/depuis-qu-otar-est-parti/764-chronique-le-trop-plein-du-vide.html


Irais bien faire un tour à Tbilissi, moi...




un blog
http://tbilissi.over-blog.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tbilissi

Commenter cet article

Arno 04/05/2009 17:43

Un film sympathique.

Arno 04/05/2009 10:12

Portraits de femmes et tranches de vie, ça me rappelle "Caramel". Tu l'as vu ? Un parallèle entre ces deux films ?

yoye2000 04/05/2009 12:17


euh non... pas de parallèle donc... mais je le note. C'est bien ?