Tokyo...

Publié le par yoye-2000

Vu avant hier, jour de sortie,,  "Tokyo !"
Tokyo est une ville qui fascine. La métropole monde dévoreuse d'énergie, étrange étrangère par excellence, dont l'imperméabilité urbaine fascine(*).
Je disgresse pompeusement...

tokyo!Bref, Tokyo, donc, avec un "!" à la fin. Moi, j'aurai volontiers mis des points de suspension au lieu d'un point d'exclamation, car  je suis pas sûr qu'il y ait matière à s'emballer...

Tokyo... euh qu'en dire ? Disons que les sketchs de Michel Gondry et Joon-ho Bong sont mignones, un peu oniriquo-manga, de quoi effectivement faire des moyens métrages, très moyens mais honnêtes..sans plus...
.
Le truc qui fait parler du film, c'est surtout la contribution de Carax... Donc bon, il y un Monsieur Merde, on pete avec sa bouche tout en gigotant (style diable de Tasmanie (dans les bugs bunny) qui tenterait de danser comme Rabbi Jacob) , On est délicieusement irrévérencieux, c'est que, figurez vous, ça fait penser à du Pasolini ou une farce régressive style happening des 70's, on apprend que les yeux bridé ressemblent à des vulves, on rigole, on rigole...
Mais au final, ben, on se fait chier avec Monsieur Merde !
J'ai un peu l'impression que comme c'est Carax, cinéaste présumé génial et auteur dans les années 90 de pensums pompeux (qui n'ont pas du passer l'épreuve du temps comme tout un tas de films de cette période(**)), on s'amuse du décalage et du côté excessif tout en cherchant des réflexions lourdes (l'identité, la tolérance, gningningnin..). Au final, moi, je me demande surtout comment ça aurait été reçu si Luc besson avait été auteur de cette fantaisie pipi caca... On imagine déjà la Curée !
Bref, si on veut 1.mon avis et 2.absolument voir tokyo en film, autant voir ou revoir "Tokyo Eyes"

(*) "Tokyo était un corps humain dont la nourriture était les matériaux bruts, les poumons les centrales électriques, le système digestif les commerces  et les bureaux administratifs, le système nerveux les lignes électriques, les vaisseaux sanguins les rues, et les cellules les habitants. Le port était une grande bouche ouverte, et la langue la piste d'atterissage rouge" (Murakami (d'ailleurs, j'ai un peu l'impression que Carax s'est inspiré de ces "bébés de la consigne automatique"))
(**) Par expl, est ce que qqn a essayé de regarder "Les nuits fauves" récemment?

Commenter cet article